Les 4 recommandations de l’Académie de médecine  au sujet des produits CBD

Début décembre, l’Académie Nationale de médecine a publié un communiqué dans lequel elle alerte les consommateurs·trices au sujet des risques liés à la consommation de CBD

Effets secondaires, interactions médicamenteuses, possibilité de tests de dépistages positifs, ou encore, inefficacité thérapeutique, selon les membres de l’Académie, la réglementation qui encadre la vente de produits CBD est dangereusement lacunaire. On fait rapidement le point. 

Les produits CBD : une réglementation incomplète et contradictoire …

Il faut l’avouer, la réglementation concernant les produits CBD est très (trop) succincte. En effet, à ce jour, les fabricants de produits CBD ne sont tenus qu’à très peu de règles

👉 Ils ont l’obligation de maintenir le taux de THC de leurs produits en dessous de 0,3% (tests à l’appui) ;

👉 Et ils ne peuvent pas faire mention de propriétés thérapeutiques sur l’emballage ni dans leur argumentaire commercial, étant donné que le CBD n’est pas considéré comme un médicament.

Et c’est tout. 

Selon les membres de l’Académie française de médecine, les consommateurs·trices ne disposent pas de l’information nécessaire pour comprendre que : 

👉 Malgré une vente libre, certains produits au CBD (les produits full spectrum) contiennent aussi du THC, une substance psychoactive qui peut entraîner un test de dépistage positif (contrôle policier ou test antidopage) ; 

👉Malgré l’innocuité du CBD déclarée par l’OMS, sa consommation peut entraîner des effets secondaires, comme de la fatigue, des troubles digestifs, une toxicité hépatique ou de la somnolence ; 

👉 Malgré une utilisation médicinale ancestrale du cannabis, d’un point de vue scientifique, il n’existe aucune preuve formelle quant aux bienfaits du CBD revendiqués. En effet, les résultats observés in vitro ne sont pas extrapolables à l’humain.

Recommandation de l'académie de médecine pour le cbd

Les recommandations de l’Académie de médecine

Après avoir exposé les différentes contradictions et lacunes qui caractérisent la régulation des produits CBD, l’Académie de médecine émet une série de 4 recommandations

  1. Sur l’emballage, le risque d’interaction médicamenteuse, d’effets secondaires non compatibles avec la conduite automobile et de test positif au THC dans le cadre d’un contrôle policier ou d’une compétition sportive devrait être mentionné. Par ailleurs, une procédure permettant aux consommateurs·trices de déclarer les effets secondaires devrait être explicitée ; 
  2. Sur l’emballage ou dans une notice, une explication claire quant au dosage du CBD ainsi qu’une mise en garde, en cas de dose supérieure à 50 mg/jours quant aux possibles interactions médicamenteuses pour les personnes sous traitement qui devraient consulter leur médecin avant de consommer le produit ; 
  3. Une harmonisation des conditions d’accès et de la réglementation des produits CBD afin de faciliter l’information et l’accompagnement ; 
  4. Enfin, la réalisation d’une étude comportementale afin d’évaluer si le CBD fumé peut inciter à l’utilisation de cigarette (tabac) ou de joints (cannabis récréatif). 

Voilà pour ce qui est des recommandations de l’Académie Nationale de médecine… Affaire à suivre.

Cet article vous a plu ? Partagez le sur votre plateforme préférée !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur google
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur pinterest