Le CBD : futur traitement des maladies neurodégénératives ?

En France, ce n’est pas (encore) légalement un fait, mais sous le microscope de certains chercheurs, c’est évident : les cannabinoïdes pourraient prévenir et même soigner de nombreux maux orphelins de traitements efficaces.

Parmi les toujours plus nombreuses recherches faites au sujet du CBD — coqueluche des cannabinoïdes — plusieurs se penchent sur le potentiel thérapeutique de la petite molécule au regard des maladies neurodégénératives… Vu la renommée de l’effet du THC sur les neurones, cela peut paraître surprenant. Et pourtant !

Qu’est-ce que le CBD ? Piqûre de rappel !

CBD, CBD… Ces trois lettres vous disent bien quelque chose, mais de quoi s’agit-il exactement ? Allez, on prend quelques lignes pour vous mettre à jour.

📄

Pssst ! Vous pouvez aussi lire : Le guide du CBD pour débutants.

Le Cannabidiol est l’une des principales substances actives du Cannabis. Au même titre que le THC, il appartient à la famille des cannabinoïdes. Ou plutôt, des phytocannabinoïdes, puisqu’ils sont d’origine végétale… Oui, car nous verrons un peu plus loin que notre organisme produit lui aussi des cannabinoïdes, que l’on appelle endocannabinoïdes. Bref.

Cannabis pour soigner maladies neurodégénératives

THC et CBD se ressemblent énormément. Ils partagent par exemple la même formule brute (C21H30O2). Néanmoins, le CBD n’a aucun effet psychotrope. Et c’est important, car c’est pour cela que tous les produits à base de CBD sont autorisés en France !

Vous l’aurez sans doute remarqué, les boutiques spécialisées ont fleuri un peu partout dans l’hexagone. Et si ces boutiques prospèrent, ce n’est pas pour rien. En effet, les produits à base de CBD présentent de nombreux avantages, dont les vertus thérapeutiques que la science attribue aux cannabinoïdes.

Chez Le Guide, ça ne vous aura pas échappé, on adore cette petite molécule et on pourrait vous en parler pendant des heures… Mais il est temps de revenir à notre sujet : CBD et maladies neurodégénératives.

Qu’est-ce qu’une maladie neurodégénérative ?

Le nom de ces pathologies en dit assez long finalement, puisqu’il s’agit effectivement d’une anomalie neurologique dont les symptômes se manifestent et s’aggravent progressivement.

Vous le savez (mais on le rappelle quand même), les neurones constituent la base du fonctionnement de notre système nerveux (qui comprend notre cerveau et la moelle épinière). Et notre système nerveux… Eh bien il contrôle énormément de choses : il gère les informations sensorielles, la coordination motrice et puis le bon fonctionnement de nos organes aussi.

Mais notre système nerveux est relativement fragile. Il vieillit plutôt mal et un rien peut endommager son bon fonctionnement. Et pour combler le tout, nos neurones ne se régénèrent pas, donc à partir du moment où quelque chose provoque leur mort, les séquelles qui en découlent sont irréversibles

Ces séquelles sont de deux natures : elles peuvent être liées au mouvement, on parle alors d’ataxies, ou liées au fonctionnement mental et dans ce cas on parle de démence. Ces symptômes se manifestent à divers degrés selon les personnes et selon la maladie neurodégénérative dont il est question

📌

Selon les chiffres de l’Institut du cerveau, près d’un tiers de la population européenne est touché par au moins un trouble du cerveau.

Du fait de la complexité de notre système nerveux, on recense des dizaines et des dizaines de maladies neurodégénératives différentes. Les plus courantes étant :

  • La maladie d’Alzheimer
  • La maladie de Parkinson
  • La sclérose en plaques
  • Et la maladie de Huntington

Bien que la génétique semble être un facteur aggravant, en réalité à l’heure actuelle on ne sait pas vraiment à quoi sont dues ces maladies. Et comme nous le disions en introduction, il n’existe pas de traitement concluant…

Pourquoi le CBD pourrait-il soigner et prévenir les maladies neurodégénératives ?

Le rôle du système endocannabinoïde

Pour comprendre en quoi le CBD pourrait soigner et/ou prévenir les maladies neurodégénératives, il faut que nous prenions le temps de vous parler du système endocannabinoïde.

Ne partez pas, vous allez voir, ce n’est pas si compliqué que ça.

Rôle thérapeutique du système endocannabinoïde

Le système endocannabinoïde (SEC) est un système de communication entre cellules que l’on retrouve chez tous les animaux dont nous, les êtres humains.

Eh oui, vous ne le saviez peut-être pas, mais nous avons tous des récepteurs spécialement conçus pour accueillir les substances actives du cannabis, les cannabinoïdes (CBD, THC, etc.).

Et d’ailleurs, si vous vous souvenez bien, nous parlions un peu plus tôt d’endocannabinoïdes. C’est parce que notre SEC produit lui-même des cannabinoïdes ! À ce jour on en connait deux : l’anandamide et l’AG-2.

Notre organisme est donc pourvu de récepteurs cannabinoïdes. Fort bien, mais concrètement à quoi servent-ils ?

Eh bien ni plus ni moins à maintenir l’ensemble de notre organisme dans des conditions optimales.

C’est ce que l’on appelle l’homéostasie.

Mais pour réellement aller au fond des choses et bien comprendre le lien entre CBD et maladies neurodégénératives il nous faut parler du mode de fonctionnement du SEC. Et plus particulièrement celui des récepteurs, lesquels constituent ce vaste réseau de communication intercellulaire.

Le récepteur CB1 et le duo CBD/THC

La découverte de notre système endocannabinoïde est somme toute récente, puisqu’elle date des années 90. On a donc encore beaucoup à apprendre à son sujet, mais ce que l’on sait jusqu’à maintenant est suffisant pour motiver les scientifiques à poursuivre leurs recherches.

Il semblerait en effet que l’on ait des récepteurs cannabinoïdes répartis dans tout l’organisme, et notamment au niveau d’organes clés, comme le cerveau.

On distingue deux types de récepteurs cannabinoïdes :

Vous l’aurez compris, au regard des maladies neurodégénératives, c’est l’interaction entre les cannabinoïdes et le CB1 qui nous intéresse davantage. En effet, une fois dans notre organisme, le CBD et le THC vont aller se fixer sur les récepteurs de type CB1, lequel est en lien avec :

  • La mémoire ;
  • La douleur ;
  • Les émotions ;
  • Et la motricité.

Est-ce la peine d’en dire davantage ? … Voyons à présent ce que le corps scientifique a découvert au sujet du potentiel thérapeutique du CBD pour le traitement des maladies neurodégénératives.

CBD et maladies neurodégénératives : ce qu’en dit la science

Le CBD et la maladie d’Alzheimer : pourrait-on ralentir la mort neurologique programmée ?

Pour rappel, la maladie d’Alzheimer entraîne une perte progressive de la mémoire, mais touche également d’autres fonctions cognitives telles que le langage (aphasie) et la motricité. Quoi qu’il en soit, comme pour toute maladie neurodégénérative, ces symptômes sont dus à la mort progressive des neurones.

Dans le cas précis de la maladie d’Alzheimer, cette agonie neurologique est due à l’excès de dépôt d’une protéine (beta-amyloïde) entre les connexions nerveuses. Les plaques ainsi formées entre les neurones empêchent l’influx nerveux de circuler correctement.

📌

Grosso modo, c’est un peu ce qui se passe dans le cas de la sclérose en plaques. Cette maladie dégénérative est d’ailleurs elle aussi dans le collimateur des chercheurs qui croient en le potentiel thérapeutique du CBD.

Quoi qu’il en soit, plusieurs études ont été menées concernant le lien entre CBD, CB1 et Alzheimer.

Les cannabinoïdes permettent de ralentir la mort programmée de neurones (l’apoptose).

Sans vouloir entrer dans des détails trop techniques, il semblerait que les récepteurs CB1 puissent gérer le bon fonctionnement des lysosomes

Les lysosomes, ils s’occupent d’assimiler les déchets générés par les cellules. Et donc, ils pourraient assimiler l’excès de cette fameuse protéine qui créée des plaques entre les neurones. CQFD, même si, dans les faits, c’est sans doute plus compliqué !

La seconde étude qui nous a semblé intéressante de vous présenter s’est penchée sur l’action antiinflammatoire du CBD.

En effet, ces plaques de protéines en excès provoquent l’inflammation des neurones, c’est ce qui complique la circulation de l’influx nerveux.

Les chercheurs ont réalisé plusieurs expériences sur des souris au cours desquelles il a été montré que la consommation de CBD permettait effectivement de diminuer cette inflammation neurologique.

Le CBD et Parkinson : vers une amélioration des conditions de vie

La maladie de Parkinson est la deuxième maladie neurodégénérative la plus courante au monde. Si ces causes sont encore assez mystérieuses, en revanche on sait que l’apparition des symptômes est due à un déficit en dopamine.

🤓

La dopamine est un neurotransmetteur, c’est-à-dire qu’il sert de messager entre les neurones.

Parmi toutes les études faites au sujet d’un possible traitement à base de CBD, trois nous semblent intéressantes de citer, même s’il faut bien avouer que les échantillons testés sont trop peu importants pour conclure et trancher en faveur de notre cher cannabinoïde :

6 patients atteints de la maladie Parkinson, et présentant un stade de démence avancée ont reçu, en plus de leur traitement, une dose croissante de CBD sur 4 semaines.

Les 6 malades ont observé une régression des symptômes psychotiques pendant cette période. Par ailleurs, aucun effet secondaire n’a été observé.

21 patients atteints de la maladie de Parkinson ont été traités avec du CBD.

Tous ont rapporté une nette amélioration de la sensation de bien-être. En revanche, aucune observation probante n’a été formulée concernant l’amélioration des symptômes moteurs.

Enfin, une autre étude menée cette fois-ci sur les troubles du sommeil des personnes atteintes de la maladie de Parkinson a été révélée que le CBD permettait de les réduire et même de combattre efficacement l’insomnie provoquée par la pathologie.

Le CBD, lueur d’espoir pour traiter la maladie de Huntington ?

La maladie de Huntington est héréditaire, les premiers signes apparaissent le plus souvent à partir de 40 ans et touchent le système nerveux central et périphérique, provoquant ainsi des symptômes d’ordre moteurs, cognitifs et psychiatriques.

Malgré sa relative rareté (en France ce mal touche un peu moins de 6000 personnes), plusieurs études en cours s’attachent à trouver un traitement. La plupart se focalisent sur des processus de modification géniques, l’idée étant de trouver une solution préventive. C’est-à-dire une façon de protéger la protéine altérée en cause de la maladie.

Pour empêcher l’altération de cette fameuse protéine huntingtine, il faut intervenir au niveau neurologique… ne nous demandez pas plus de détails, car cela relève d’un domaine que nous ne maîtrisons pas ! Et puis de toute façon, à l’heure actuelle, aucun essai clinique ne se penche sur la question de savoir si le CBD pourrait soigner la maladie de Huntington…

En revanche, comme nous avons pu le voir, bon nombre d’études ont pu mettre en évidence le fait l’efficacité du CBD en tant que neuroprotecteur. Il est donc parfaitement raisonnable de penser que le cannabinoïde pourrait améliorer les conditions de vie des personnes atteintes de ce mal.

CBD et maladies neurodégénératives : le mot de la fin

Cet article touche à sa fin. Avant de vous quitter, nous souhaitons tout de même vous rappeler que le CBD n’est pas un médicament. Autrement dit, les conclusions scientifiques décrites ne sont pas reconnues par la loi française.

Si vous êtes atteint de l’une de ces pathologies, nous vous invitons à en discuter avec votre médecin avant de vous procurer quelconque produit à base de CBD.

Une fois son feu vert, n’hésitez pas à revenir vers nous pour trouver une boutique de produits CBD près de chez vous grâce à notre annuaire.

Ces articles vous intéresseront aussi 😉

Avr 05
Le CBD, futur traitement naturel contre la dépression ?

Si vous faites partie de nos fidèles lecteurs, alors vous l’avez remarqué,…

Avr 05
Le CBD pour soulager la ménopause ?

Aucune femme n’y échappe : un jour ou l’autre, finis les règles ! Eh bien que cela…

Avr 02
Le CBD serait-il le meilleur traitement contre les douleurs ?

Pour beaucoup le CBD n’est qu’une version light et légale de la weed qu’ils ont…